Le manager épuisé a souvent un comportement de sauveur. Il pallie les insuffisances de ses équipes, multiplie les heures supplémentaires et fait monter très haut son niveau de stress. Au fil de plusieurs missions de coachings auprès de tels profils, j’ai bâti un parcours-type pour les aider à reprendre pied.

La première étape consiste à recadrer, à remettre de l’ordre, à reprendre en main l’équipe du manager. Ce dernier a enclenché un cercle non vertueux. Plus il joue les sauveurs et prend en charge ce que personne ne veut faire, moins son équipe se sent responsable et fonctionne normalement.

Un cercle vicieux aux symptômes bien visibles

Les symptômes les plus caractéristiques ? Les délais de fourniture des livrables ne sont plus tenus, ou au prix d’efforts de dernière minute sous haut stress. Les cadres placés sous l’autorité du manager lui renvoient décisions et arbitrages au lieu de trancher eux-mêmes.

Les règles et les comportements qui devraient aller de soi ne sont plus respectés. Les collaborateurs, au lieu de se retrousser les manches, se renvoient le travail : “c’est à toi de le faire“. “Non, c’est à toi“. Personne ne décide et le travail n’avance pas. Jusqu’à ce que le manager-sauveur s’en empare.

En pratique, ramener l’ordre consiste donc à “remettre en tension” les cadres placés sous l’autorité du manager, afin qu’ils jouent de nouveau leur rôle. Chacun se voit rappeler qu’il exerce une délégation de pouvoir et qu’il ne peut pas continuer à compter sur la bonne volonté et la disponibilité totale du manager.

Resserrer les boulons : indispensable

En parallèle, il faut resserrer les boulons auprès de toute l’équipe. Le manager rappelle les règles et les comportements qui s’appliquent dans son service, ainsi que les objectifs court terme à respecter : “tel livrable sera prêt le X du mois, et M. Y en assure la responsabilité pleine et entière“.

Ce rappel à l’ordre est indispensable pour que le manager épuisé retrouve des journées de travail normales (et des nuits apaisées). Mais il ne suffit pas forcément. Quand un service commence à dériver et que les responsabilités se diluent, c’est souvent que la culture et les valeurs de l’équipe se sont évaporées.

Développer le leadership du manager épuisé

Aider le manager épuisé à reprendre pied, c’est donc aussi développer son leadership pour que le travail de l’équipe et de chacun retrouve un sens. Quel est notre rôle vis-à-vis de nos clients internes et externes ? A quels grands enjeux apportons-nous une contribution ? Quel est le projet collectif qui nous rassemble ?

Souvent, ces questions élémentaires se sont perdues en route, entre le désengagement des collaborateurs et le surinvestissement du manager épuisé.

Attention : il ne s’agit pas de partir dans les grands mots et les envolées lyriques. L’objectif est de sortir de l’entre-soi, des rivalités et des petites mesquineries. On sait qu’elles fleurissent dans les services en difficulté, brouillent la vision d’ensemble et justifient l’absence de décisions et de prises d’initiatives. Au manager d’ouvrir les fenêtres, d’évacuer l’air vicié et d’aligner les énergies autour d’une culture et de valeurs réaffirmées !